logo

DHT – Raison principale lors de la perte des cheveux chez l’homme et la femme

La chute des cheveux est presque toujours – dans 95% des cas – d’origine hormonale ou héréditaire. Il s’agit en l’occurrence d’une hypersensibilité des racines des cheveux par rapport à l’auto-immunité de la dihydrotestostérone (DHT). Cette sensibilité est héréditaire et touche deux tiers des hommes et un tiers des femmes.

Chez les femmes comme chez les hommes, la DHT est un dérivé de la testostérone, une hormone sexuelle masculine. La DHT se fixe à certains récepteurs des racines des cheveux et reduit la circulation sanguine qui joue un rôle essentiel dans l’apport en substances nutritives.

Chez les personnes concernées par une chute des cheveux constitutionnelle, la conjonction de deux éléments entre en jeu: L’hyperactivité de l’enzyme qui est responsable de la transformation de la testostérone en DHT et une hypersensibilité des récepteurs des racines des cheveux à la DHT. Conséquence: La phase de croissance des cheveux est réduite, chaque nouveau cheveu repousse plus mince, plus fin jusqu’à ce que plus aucun cheveu ne soit formé.

 

 

bg

Maennergrafik_im_Akkordeon_klein_fr

Les hommes sont plus souvent touchés par la chute des cheveux constitutionnelle que les femmes. Ils sont souvent déjà concernés à un jeune âge. Les premiers signes apparaissent généralement avant l’âge de 20 ans. Une seconde phase de perte des cheveux s’observe généralement entre 35 et 45 ans.

La concentration élevée dans le sang de la DHT est due à la présence de l’enzyme 5-α-réductase. L’action nuisible exercée par la DHT conduit à la perte des cheveux.

bg

Chez les femmes, l’œstrogène, l’hormone sexuelle féminine, protège longtemps et de manière naturelle contre cet effet nuisible de la DHT. Toutefois, les cheveux peuvent tomber dès que le taux d’œstrogène baisse en raison p. ex. d’un changement intervenant dans l’équilibre hormonal, après une grossesse ou pendant la ménopause.

Une pause de la pilule ou la prise de médicament peuvent réduire la protection des œstrogènes et ainsi rendre plus forte la mauvaise influence de la DHT.

bg