logo

Paerchen

Perte des cheveux héréditaire ? Traitez directement localement !

Volumineux, forts et brillants – C’est comme cela que nous souhaiterions avoir des cheveux. Les cheveux sains sont un symbole de forte vitalité, de jeunesse ainsi que d’attractivité. La coiffure est aussi toujours une expression de la personnalité. S’apercevoir que le haut du crâne s’éclaircit ou que les cheveux deviennent plus fins, c’est un coup dur pour la plupart d’entre nous. La perte des cheveux va au-delà des problèmes cosmétiques.

La forme la plus courante de la chute des cheveux est appelé perte des cheveux d’origine hormonale ou héréditaire. 80% des hommes et jusqu’à 40% des femmes en souffrent dans leur vie sous cette forme. Lors de chute des cheveux d’origine hormonale ou héréditaire, ils ont besoin d’un traitement qui combat la cause principale de la perte des cheveux, au lieu de cacher les problèmes qui sont seulement cosmétiques.

Si vous souffrez d’une perte des cheveux, vous ne devriez pas expérimenter, mais entreprendre un traitement, qui non seulement diminue les symptômes, mais combat aussi la perte des cheveux.

 

bg

10347_130515_content_1.0Reconnaitre la chute des cheveux

Est-ce que vous retrouvez quelques cheveux sur l’oreiller lorsque vous vous réveillez? Pas de panique ! Il n’y a aucune raison de se faire du souci, lorsque le matin vous devez enlever quelques cheveux de la brosse après vous avoir brossé les cheveux.

Jour après jour les cheveux tombent – mais des nouveaux repoussent aussi constamment après. Aussi longtemps que vous arrivez à tenir l’équilibre entre la repousse et la perte des cheveux, tout est en ordre. Perdre jusqu’à 100 cheveux par jour est normal.

Si vous perdez plus de 100 cheveux par jour pendant une période prolongée, s’ils s’affinent ou que le sommet du crâne s’éclaircit, il vous faut résoudre le problème à la base.

  • Perte des cheveux: mais laquelle ?

    Notre test d’évaluation du risque peut fournir des premières indications sur la présence d’une perte des cheveux constitutionnelle (d’origine hormonale et héréditaire), qui est de loin la forme la plus fréquente.

    Mise à part la prédisposition génétique, la chute des cheveux peut être, dans de rares cas, déclenchée par d’autres facteurs, comme p.ex. le stress physique et/ou psychologique, une carence en zinc ou en fer, une déficience de la thyroïde, les maladies chroniques telles que le diabète, une infection ou des médicaments designés.

    Aller au test d’évaluation du risque

  • Vers qui puis-je me tourner ?

    La perte des cheveux héréditaire peut être traitée. Ce qui est important est de reconnaitre le problème et d’agir.

    Laissez-vous conseiller par votre pharmacien ou médecin (dermatologue), vous pouvez ensuite entreprendre quelque chose contre la forme de la chute des cheveux. Il y a : les possibilités de traitements médicaux, comme Néocapil®, qui peut combattre la perte des cheveux.

    Le pharmacien peut procéder à une première évaluation pour déterminer s’il s’agit d’une chute des cheveux ou d’une maladie du cuir chevelu. Le cas échéant, il vous recommandera de consulter un dermatologue. A l’aide de différents tests, celui-ci peut procéder à un examen approfondi et déterminer exactement si vous souffrez d’une chute des cheveux et de quelle forme il s’agit. Outre l’observation visuelle et l’identification des antécédents familiaux, il dispose d’autres options pour établir son diagnostic (le trichogramme, le système TrichoScan®, les biopsies, les analyses sanguines) et identifier le cycle capillaire ou pour, p. ex., afin d’exclure une carence nutritionnelle.

Perte des cheveux: mais laquelle ?

Perte des cheveux: mais laquelle ?

Notre test d’évaluation du risque peut fournir des premières indications sur la présence d’une perte des cheveux constitutionnelle (d’origine hormonale et héréditaire), qui est de loin la forme la plus fréquente.

Mise à part la prédisposition génétique, la chute des cheveux peut être, dans de rares cas, déclenchée par d’autres facteurs, comme p.ex. le stress physique et/ou psychologique, une carence en zinc ou en fer, une déficience de la thyroïde, les maladies chroniques telles que le diabète, une infection ou des médicaments designés.

Aller au test d’évaluation du risque

Vers qui puis-je me tourner ?

Vers qui puis-je me tourner ?

La perte des cheveux héréditaire peut être traitée. Ce qui est important est de reconnaitre le problème et d’agir.

Laissez-vous conseiller par votre pharmacien ou médecin (dermatologue), vous pouvez ensuite entreprendre quelque chose contre la forme de la chute des cheveux. Il y a : les possibilités de traitements médicaux, comme Néocapil®, qui peut combattre la perte des cheveux.

Le pharmacien peut procéder à une première évaluation pour déterminer s’il s’agit d’une chute des cheveux ou d’une maladie du cuir chevelu. Le cas échéant, il vous recommandera de consulter un dermatologue. A l’aide de différents tests, celui-ci peut procéder à un examen approfondi et déterminer exactement si vous souffrez d’une chute des cheveux et de quelle forme il s’agit. Outre l’observation visuelle et l’identification des antécédents familiaux, il dispose d’autres options pour établir son diagnostic (le trichogramme, le système TrichoScan®, les biopsies, les analyses sanguines) et identifier le cycle capillaire ou pour, p. ex., afin d’exclure une carence nutritionnelle.

bg

Tortendiagramm_fr

Causes et développement de la perte des cheveux

La chute des cheveux constitutionnelle (ou alopécie androgénétique) désigne une hypersensibilité des racines des cheveux par rapport à la dihydrotestostérone (DHT). Elle est dans 95% des cas la cause principale de la chute des cheveux.

Pour une première estimation, si vous souffrez de la chute des cheveux d’origine hormonale ou héréditaire, faites simplement notre test d’évaluation du risque.

  • Signes et développement chez la femme

    Environ une femme sur trois à tendance à avoir une chute des cheveux. Les premiers signes surviennent souvent avec un changement des hormones par ex. lors de la ménopause.

    Quant aux femmes, elles découvrent les premiers signes au niveau du sommet de la tête où la chevelure se raréfie. Sur les zones temporales ou en haut du crâne, les cheveux ne perdent généralement pas en densité. L’éclaircissement est plutôt diffusif. Il est très rare qu’apparaissent des zones totalement dépourvues des cheveux.

    Frauenschema_Vorschau

  • Signes et développement chez l‘homme

    De nombreux hommes découvrent les premiers signes d’une chute des cheveux constitutionnelle à un jeune âge, souvent déjà avant leurs 20 ans. La seconde phase de perte des cheveux a lieu généralement entre 35 et 45 ans.

    Chez les hommes, la lisière des cheveux s’éloigne du front amorçant un dégarnissement des golfes fronto-temporaux. Plus tard, les cheveux peuvent également se clairsemer à l’arrière du crâne laissant apparaître une calvitie circulaire en forme de la tonsure jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus qu’une couronne au niveau du cou.

    Maennerschema_Vorschau

Signes et développement chez la femme

Signes et développement chez la femme

Environ une femme sur trois à tendance à avoir une chute des cheveux. Les premiers signes surviennent souvent avec un changement des hormones par ex. lors de la ménopause.

Quant aux femmes, elles découvrent les premiers signes au niveau du sommet de la tête où la chevelure se raréfie. Sur les zones temporales ou en haut du crâne, les cheveux ne perdent généralement pas en densité. L’éclaircissement est plutôt diffusif. Il est très rare qu’apparaissent des zones totalement dépourvues des cheveux.

Frauenschema_Vorschau

Signes et développement chez l‘homme

Signes et développement chez l‘homme

De nombreux hommes découvrent les premiers signes d’une chute des cheveux constitutionnelle à un jeune âge, souvent déjà avant leurs 20 ans. La seconde phase de perte des cheveux a lieu généralement entre 35 et 45 ans.

Chez les hommes, la lisière des cheveux s’éloigne du front amorçant un dégarnissement des golfes fronto-temporaux. Plus tard, les cheveux peuvent également se clairsemer à l’arrière du crâne laissant apparaître une calvitie circulaire en forme de la tonsure jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus qu’une couronne au niveau du cou.

Maennerschema_Vorschau

bg

DHT – Raison principale lors de la perte des cheveux chez l’homme et la femme

La chute des cheveux est presque toujours – dans 95% des cas – d’origine hormonale ou héréditaire. Il s’agit en l’occurrence d’une hypersensibilité des racines des cheveux par rapport à l’auto-immunité de la dihydrotestostérone (DHT). Cette sensibilité est héréditaire et touche deux tiers des hommes et un tiers des femmes.

Chez les femmes comme chez les hommes, la DHT est un dérivé de la testostérone, une hormone sexuelle masculine. La DHT se fixe à certains récepteurs des racines des cheveux et reduit la circulation sanguine qui joue un rôle essentiel dans l’apport en substances nutritives.

Chez les personnes concernées par une chute des cheveux constitutionnelle, la conjonction de deux éléments entre en jeu: L’hyperactivité de l’enzyme qui est responsable de la transformation de la testostérone en DHT et une hypersensibilité des récepteurs des racines des cheveux à la DHT. Conséquence: La phase de croissance des cheveux est réduite, chaque nouveau cheveu repousse plus mince, plus fin jusqu’à ce que plus aucun cheveu ne soit formé.

 

 

  • DHT – La raison principale chez l’homme

    Maennergrafik_im_Akkordeon_klein_fr

    Les hommes sont plus souvent touchés par la chute des cheveux constitutionnelle que les femmes. Ils sont souvent déjà concernés à un jeune âge. Les premiers signes apparaissent généralement avant l’âge de 20 ans. Une seconde phase de perte des cheveux s’observe généralement entre 35 et 45 ans.

    La concentration élevée dans le sang de la DHT est due à la présence de l’enzyme 5-α-réductase. L’action nuisible exercée par la DHT conduit à la perte des cheveux.

  • DHT – La raison principale chez la femme

    Chez les femmes, l’œstrogène, l’hormone sexuelle féminine, protège longtemps et de manière naturelle contre cet effet nuisible de la DHT. Toutefois, les cheveux peuvent tomber dès que le taux d’œstrogène baisse en raison p. ex. d’un changement intervenant dans l’équilibre hormonal, après une grossesse ou pendant la ménopause.

    Une pause de la pilule ou la prise de médicament peuvent réduire la protection des œstrogènes et ainsi rendre plus forte la mauvaise influence de la DHT.

DHT – La raison principale chez l’homme

DHT – La raison principale chez l’homme

Maennergrafik_im_Akkordeon_klein_fr

Les hommes sont plus souvent touchés par la chute des cheveux constitutionnelle que les femmes. Ils sont souvent déjà concernés à un jeune âge. Les premiers signes apparaissent généralement avant l’âge de 20 ans. Une seconde phase de perte des cheveux s’observe généralement entre 35 et 45 ans.

La concentration élevée dans le sang de la DHT est due à la présence de l’enzyme 5-α-réductase. L’action nuisible exercée par la DHT conduit à la perte des cheveux.

DHT – La raison principale chez la femme

DHT – La raison principale chez la femme

Chez les femmes, l’œstrogène, l’hormone sexuelle féminine, protège longtemps et de manière naturelle contre cet effet nuisible de la DHT. Toutefois, les cheveux peuvent tomber dès que le taux d’œstrogène baisse en raison p. ex. d’un changement intervenant dans l’équilibre hormonal, après une grossesse ou pendant la ménopause.

Une pause de la pilule ou la prise de médicament peuvent réduire la protection des œstrogènes et ainsi rendre plus forte la mauvaise influence de la DHT.

bg

Pyramide_klein_frTraiter correctement la perte des cheveux

Si vous souffrez de la perte des cheveux héréditaire, vous ne devriez pas expérimenter, mais commencer un traitement qui ne diminue non seulement les symptômes, mais qui agit aussi contre la perte des cheveux.

Le soin des cheveux par le biais de cosmétiques et la prise de compléments alimentaires peuvent certes améliorer l’aspect visuel mais ne sauraient remplacer un traitement avec un médicament.

Une modification des habitudes alimentaires ou le changement des soins capillaires ne peuvent pas stopper la chute des cheveux constitutionnelle.

 

bg

Tortendiagramm_soft_frFormes rares de la perte des cheveux

A côté de la perte des cheveux héréditaire, il y a encore d’autres formes rares.

Le stress physique et/ou psychologique, une carence en zinc ou en fer, une déficience de la thyroïde, les maladies chroniques telles que le diabète, une infection ou des médicaments peuvent être des facteurs déclencheurs.

  • La pelade ou alopécie circonscrite

    Kreisrund

    La deuxième forme la plus fréquente de chute des cheveux est la pelade ou alopécie aerata (circonscrite) et se caractérise par une ou plusieurs zones où la perte des cheveux est pratiquement totale. Dans de rares cas (alopecia aerata universalis), le corps perd toute pilosité. S’y ajoutent des changements au niveau des ongles sous forme de fossettes, de rainures transversales ou de structures rugueuses. Ce tableau clinique apparaît chez les femmes comme chez les hommes de tout âge, le plus fréquemment toutefois chez les enfants âgés de moins de 16 ans.

    L’étiologie de la pelade demeure jusqu’à présent inconnue. Les experts présument qu’une dysrégulation du système immunitaire, appelée maladie auto-immune, joue un rôle important. Les maladies mentales ou la prédisposition au développement d’allergie (atopie) peuvent être également des facteurs déclencheurs. Chez la plupart des patients, la pousse des cheveux reprend en l’espace d’un an. Si la chute des cheveux perdure, il est possible que les cheveux ne repoussent plus.

  • Perte des cheveux diffuse

    Diffus

    Dans le cas de la perte des cheveux diffuse, les cheveux s’amincissent et se raréfient sur tout le cuir chevelu. Cette forme de chute des cheveux n’est donc pas limitée à une zone particulière du crâne.

    Une chute des cheveux diffuse constitue parfois le premier signe d’une maladie interne, d’un trouble métabolique, d’une infection chronique ou d’une carence. Quelques médicaments entraînent aussi une péjoration de la chute des cheveux diffuse. Chez les hommes, elle peut se manifester parallèlement à un vieillissement généralisé. Chez les femmes, les causes peuvent être multiples.

    En raison de cette variété des causes et du phénotype clinique peu spécifique, il n’existe aucune méthode de diagnostic uniforme. Une voie envisageable est d’exclure d’autres formes fréquentes de perte des cheveux (diagnostic d’exclusion).

La pelade ou alopécie circonscrite

La pelade ou alopécie circonscrite

Kreisrund

La deuxième forme la plus fréquente de chute des cheveux est la pelade ou alopécie aerata (circonscrite) et se caractérise par une ou plusieurs zones où la perte des cheveux est pratiquement totale. Dans de rares cas (alopecia aerata universalis), le corps perd toute pilosité. S’y ajoutent des changements au niveau des ongles sous forme de fossettes, de rainures transversales ou de structures rugueuses. Ce tableau clinique apparaît chez les femmes comme chez les hommes de tout âge, le plus fréquemment toutefois chez les enfants âgés de moins de 16 ans.

L’étiologie de la pelade demeure jusqu’à présent inconnue. Les experts présument qu’une dysrégulation du système immunitaire, appelée maladie auto-immune, joue un rôle important. Les maladies mentales ou la prédisposition au développement d’allergie (atopie) peuvent être également des facteurs déclencheurs. Chez la plupart des patients, la pousse des cheveux reprend en l’espace d’un an. Si la chute des cheveux perdure, il est possible que les cheveux ne repoussent plus.

Perte des cheveux diffuse

Perte des cheveux diffuse

Diffus

Dans le cas de la perte des cheveux diffuse, les cheveux s’amincissent et se raréfient sur tout le cuir chevelu. Cette forme de chute des cheveux n’est donc pas limitée à une zone particulière du crâne.

Une chute des cheveux diffuse constitue parfois le premier signe d’une maladie interne, d’un trouble métabolique, d’une infection chronique ou d’une carence. Quelques médicaments entraînent aussi une péjoration de la chute des cheveux diffuse. Chez les hommes, elle peut se manifester parallèlement à un vieillissement généralisé. Chez les femmes, les causes peuvent être multiples.

En raison de cette variété des causes et du phénotype clinique peu spécifique, il n’existe aucune méthode de diagnostic uniforme. Une voie envisageable est d’exclure d’autres formes fréquentes de perte des cheveux (diagnostic d’exclusion).

bg